11 octobre 2006

INTERVIEW de L. FABIUS à "20MINUTES"

Le député de Seine-Maritime répond à «20 Minutes» à six semaines du vote des militants

(http://www.20minutes.fr/articles/2006/10/11/20061011-actualite-france-Laurent-Fabius-candidat-tres-gauche.php),

Ségolène Royal est toujours en tête des sondages alors que l'on connaît désormais les trois candidats aux primaires. Il n'y a donc pas d'effet de clarification ?

La valeur prédictive des sondages à plusieurs mois d'une élection est très faible. En 1995 et en 2002, si on avait écouté les sondages, Balladur puis Jospin auraient été élus. Je ne m'occupe pas des sondages, mais du fond. La France va mal, le vrai changement ne peut venir que de la gauche et des Verts, qui ne se rassembleront que sur des propositions clairement à gauche. C'est ce choix que je porte au sein du PS.

Vous voulez être le candidat du pouvoir d'achat. Qu'apportez-vous de plus sur ce thème que Royal ou Strauss-Kahn ?

Lors de l'élaboration du projet du PS, j'avais proposé l'augmentation du smic à 1 500 e au cours de la prochaine législature. Mes compétiteurs estimaient, alors, que c'était trop. Finalement, le PS a repris ma proposition dans le projet. Aujourd'hui, je précise les choses, en proposant une hausse du smic de 100 e tout de suite, couplée à une conférence salariale pour discuter d'une revalorisation des autres salaires. Même démarche pour le logement, la santé ou l'environnement. C'est clair, c'est concret, c'est ce qui est attendu par des millions de Français.

Comment incarner le renouveau alors que l'on vous connaît depuis les années 1980 ?

Le renouveau doit d'abord s'opérer dans le contenu : je propose une nouvelle politique économique, sociale, éducative, écologique. Et je revendique mon expérience de l'Etat. Il est préférable d'en avoir pour négocier avec les présidents américain, russe ou iranien. Le renouveau passera aussi par les personnes : si je suis investi et élu, mon gouvernement sera novateur, avec une parité totale hommes-femmes et un nº 2 en charge du développement durable. Ce vice-Premier ministre aura un rôle clé.

Vous passez pour être le meilleur orateur au PS. Les futurs débats internes devraient vous avantager...

Le débat, c'est la démocratie. Et l'énergie dans un débat vient des convictions que l'on défend. On ne tranche pas les grandes questions simplement en lisant côte à côte des fiches. Les débats télévisés qui doivent avoir lieu seront, je le souhaite, une vraie discussion, pas une dispute. J'espère que ce seront de réels débats télévisés, façon TNT plutôt qu'ORTF.

Ségolène Royal pratique-t-elle un double discours, dans les médias et devant les militants ?

Je n'ai aucune intention d'attaquer des camarades socialistes. Mon adversaire, c'est la droite, Sarkozy, et l'extrême droite. Ces derniers temps, des propositions ont été mises sur la place publique, qui ne figurent pas dans le projet du PS ou qui lui sont même contraires, comme sur la carte scolaire ou l'encadrement militaire des primo-délinquants : j'ai fait part à chaque fois de mon désaccord. L'amitié n'exclut pas la franchise.

Trouvez-vous que François Hollande remplit son rôle de premier secrétaire en toute impartialité ?

En tout cas, il est nécessaire qu'il le fasse, même s'il reste des marges de progression. L'impartialité et la loyauté sont dues aux militants du PS et à la démocratie.

Recueilli par Bastien Bonnefous

Posté par grimaudnow à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur INTERVIEW de L. FABIUS à "20MINUTES"

Nouveau commentaire